Portrait

Auteur réalisateur, Marc Picavez est venu au cinéma par l’écriture. Seamen’s Club, sa première exposition, traverse documentaire de création et installation pour dessiner la vie si singulière des marins du XXIè siècle.
C’est en 2008 qu’il initie une œuvre sur ces hommes. Celle-ci le conduira sur le porte-conteneurs Le Pirita aux côtés d’un équipage ukrainien et donnera naissance au court-métrage Le Monde est derrière nous.

Le lointain l’attire, l’étranger l’interroge, l’inconnu l’inspire. Les tournages de Marc Picavez l’ont conduit au Sénégal ou en Bolivie, ici sur des cargos ; mais dans ses films nul exotisme. Bul déconné, fiction coécrite avec Massaër Dieng, croise les parcours sinueux et les accommodements fragiles de la jeunesse contemporaine à Dakar. Dans cette œuvre d’apprentissage, il est déjà question de travail et de mondialisation.  Un road-movie en side-car entre Nantes et la frontière espagnole lui permet d’explorer une nouvelle fois la matière du travail. Ce sera Agosto, court-métrage sur l’identité, les liens et la communication.

Au travers de trajectoires individuelles, Marc Picavez ausculte nos contradictions. Une coupe du monde de football adossée au durcissement des lois sur l’immigration donnera France-Brésil et autres histoires en 2007, un geste quasiment instinctif. C’est dans ce film que l’on trouve formellement les ferments de l’exposition Seamen’s Club : les suites photographiques et les voix off de l’installation Sea is my Country – Ship is my Home ou encore l’altération des images, par des allers-retours entre tournages numérique et Super 8, qui transforment les femmes des marins en figures iconiques, telles des Sirènes.

Marc Picavez est né en 1981, il vit et travaille à Nantes.
Seamen’s Club est sa première exposition.

Site Internet : http://marc.picavez.free.fr/